En zone jaune depuis le 14 juin! Visitez la rubrique Actualités.

Église Saint-Rodrigue

Vues : 8

Page en construction en date du 12 mai 2021. Merci de revenir d’ici quelques jours.

Les débuts de la paroisse

La paroisse Saint-Rodrigue a été fondée le 17 juin 1945 par le cardinal Jean-Marie-Rodrigue Villeneuve.

Dans le décret canonique de création de la paroisse, c’est l’abbé Antonio Parent qui était désigné curé. Il ne reste finalement en poste que 6 mois et remet sa démission en janvier 1946, sans qu’aucune célébration ou service ne soit donné dans la nouvelle paroisse.

Le véritable curé fondateur sera finalement l’abbé Antonio Houde. Nommé curé quelques jours après la démission de son prédécesseur, l’abbé Antonio Houde est déjà présent dans sa paroisse le 26 janvier 1946 et restera en poste pendant 25 ans, jusqu’en 1971. C’est lui qui verra à la construction de l’église et à la mise en place des différentes associations et mouvements religieux.

Construction de l’église Saint-Rodrigue

Construite en 1962-1963 par l’entrepreneur Louis Fecteau sur un soubassement bâti en 1946-1947, l’église Saint-Rodrigue a été conçue par l’architecte René Blanchet. De style gothique moderne, l’église comporte des pierres de taille de granit pour ses façades bâties sur des fondations de béton. La toiture est en cuivre. Pour ce qui est de son intérieur, l’église de Saint-Rodrigue est ornée de verrières, des créations d’Antolin Hernendez, ainsi que d’un chemin de croix en marbre sculpté sur fond de mosaïques.  Le cocher, si particulier à cette église, est l’œuvre du curé Antonio Houde qui en a lui-même sculpté la forme dans un morceau de bois.

En raison de moyens financiers limités, on commence par construire une crypte qui sera terminée pour Pâques 1947. Elle servira d’église pendant 16 ans.

Le 22 décembre 1963, Mgr Lionel Audet bénit l’église de Saint-Rodrigue. Il faudra attendre 25 décembre 1963 pour assister à la première messe, le jour de Noël, en l’église Saint-Rodrigue.

Évolution de la paroisse Saint-Rodrigue

Le 14 juin 1999, les paroisses Saint-Rodrigue et Saint-Jérôme fusionnent pour former la paroisse Saint-Jean-Eudes.

Le 1er janvier 2014, la paroisse Saint-Jean-Eudes est à son tour annexée à la paroisse Saint-Charles-Borromée qui devient la paroisse mère sous cette dénomination.

 

Célébrations avant l’érection de l’église

À l’origine, la paroisse n’a pas d’église. La construction d’un tel bâtiment représente pour cette paroisse un défi financier important surtout pour une paroisse qui ne comptait en 1946 qu’une population d’environ 800 âmes et qui reposait uniquement sur les dons de 170 familles. Il ne faut donc pas être surpris que les premières célébrations aient été conférées dans des chapelles improvisées soit à l’école du Gros-Pin, soit au sous-sol de la maison de L.F. Poiré, soit encore dans le garage d’Henri Tanguay, compte tenu de la difficulté de chauffer adéquatement l’école en hiver.

À cause de moyens financiers limités, on commence par construire une crypte qui sera terminée pour Pâques 1947. Elle servira d’église pendant 16 ans.

La première cérémonie de confirmation, présidée par le Cardinal Villeneuve lui-même, a été célébrée dans le sous-sol de la maison de monsieur L.F. Poiré le 22 avril 1946. La première messe de minuit du 25 décembre 1946 a été offerte dans le garage de monsieur Henri Tanguay qui était situé à l’angle de la 46e rue Est et de la 1re Avenue.

Architecture de l’église (Selon Marc-André Bluteau, historien)

Le cocher, si particulier à cette église, est l’œuvre du curé Antonio Houde qui en a lui-même sculpté la forme dans un morceau de bois.

Les murs extérieurs sont en pierre de taille et ceux de l’intérieur sont recouverts de tuiles. Les verrières du transept et du jubé sont ornées de vitraux réalisés par Antonin Hernendez de la compagnie Barsetti et Frères.

L’orgue à tuyaux a été acquis dans les années 2000, acheté à la paroisse Sainte-Ursule de Sainte-Foy. La console provient de la défunte église Notre-Dame-de-Grâces qui était située au bas de la côte Salaberry.